« Le tourisme de demain : résilient, bienveillant et bas carbone »
« Une participation à la restauration de la biodiversité »
« Un tourisme qui contribue à la lutte contre les changements climatiques »
« Un outil pour faire évoluer durablement les mentalités »

Juliette Herry présente CACTUS, un outil d’aide à l’adaptation au changement climatique

Cactus adaptation changement climatique

Temps de lecture : 4 min.

Juliette Herry, chargée de mission Climat et gestion intégrée de la mer et du littoral au Parc naturel régional du Golfe du Morbihan, nous présente CACTUS, un outil développé par le Parc pour anticiper et se préparer au changement climatique.

 

Pouvez-vous présenter brièvement l’outil CACTUS ?

CACTUS outil numérique adaptation changement climatiqueCACTUS est un outil en ligne, en accès libre, qui propose un ensemble de connaissances sur le changement climatique et ses effets. Il permet ainsi d’avoir une vue globale des enjeux climatiques, de leurs effets en cascade, de leurs interactions. Et il permet surtout de se questionner sur le long-terme face à ces enjeux. L’objectif est alors d’anticiper, de s’assurer que l’on a suffisamment pris en compte dans nos projets les évolutions en cours et attendues, de façon à diminuer notre vulnérabilité face au changement climatique. C’est-à-dire de s’adapter.

 

u’est-ce qui a poussé le Parc naturel régional du Golfe du Morbihan à créer l’outil CACTUS et avec quels objectifs ?

Les Parcs naturels régionaux ont pour missions de permettre un aménagement durable du territoire tout en préservant la nature. Pour cela ils expérimentent. Dans ce cadre, le Parc naturel régional du Golfe du Morbihan s’est associé à l’Université de Bretagne Occidentale (laboratoire AMURE) pour mener une démarche locale en faveur de l’adaptation au changement climatique. Ensemble, le Parc et l’UBO ont travaillé au sein du projet européen IMCORE, avec plusieurs autres pays d’Europe du nord-ouest, afin de développer des outils d’aide à l’adaptation. C’est de là qu’est né le concept de l’outil CACTUS, sa version bêta. Puis l’outil a été développé sous forme de site internet.

 

50 fiches thématiques, autant de sujets et d’imbrications, des enjeux littoraux à ceux de la montagne en passant par les espaces urbanisés… Comment avez-vous procédé pour concevoir cet outil aux nombreuses ramifications ? Et avec quels partenaires avez-vous travaillé ?

Fiche thématique base nautiqueL’outil CACTUS a été développé en étroite collaboration avec l’UBO, mais aussi avec les acteurs locaux. Près de 150 personnes ont participé à son élaboration, sur la forme et sur le fond (élus, socio-professionnels, associations, scientifiques…).

Pas moins de 55 thématiques, liées aux activités (ex. pêche, agriculture), aux espaces (ex. marais, montagne), ou transversales (ex. biodiversité, santé), ont été identifiées. Pour chacune d’entre elle, l’exercice a consisté à identifier les effets possibles du changement climatique et leurs implications d’un point de vue environnemental, social, technique, économique et juridique. Ainsi pour chaque thématique plusieurs questions ont été imaginées. Ces questions ont ensuite été validées par des experts des thèmes développés. Chaque fiche est également accompagnée d’une bibliographie et de retours d’expériences qui présentent des actions d’adaptation pouvant être source d’inspiration.

 

A qui s’adresse l’outil CACTUS ?

L’outil est accessible à tous. Il a cependant été conçu principalement à destination des élus et des bureaux d’études en aménagement et environnement. L’objectif premier était de faciliter l’intégration de l’adaptation au changement climatique dans les documents d’urbanisme.

 

Pouvez-vous citer quelques territoires qui ont utilisé l’outil CACTUS, notamment autour des problématiques touristiques ? Et la façon dont ils se sont emparés de l’outil ?

Réunion outil cactus

Actuellement l’outil CACTUS a surtout été utilisé sous l’angle des risques côtiers et de l’élévation du niveau marin. Il a été utilisé sur des communes littorales du Parc comme Damgan, Arzon, Locmariaquer et Saint-Philibert. Cela s’explique par le fait que les enjeux littoraux sont jugés prioritaires dans le Golfe du Morbihan. Les communes que nous avons accompagnées avec CACTUS se sont alors concentrées sur quelques fiches thématiques telles que « les risques côtiers », « le sentier côtier », « les habitats denses », « les marais ».

 

La question du tourisme n’a pas encore été approfondie au niveau local à travers l’outil CACTUS. Il est vrai que les répercussions climatiques sur le tourisme sont actuellement moins prégnantes que dans les espaces de montagne. Cependant la question est posée et nous espérons décliner prochainement l’outil CACTUS avec les acteurs du tourisme.

 

Quelles sont les évolutions prévues pour l’outil CACTUS ?

CACTUS est un outil collaboratif et évolutif. Chaque utilisation permet d’enrichir ses contenus, d’améliorer ses fonctionnalités. Actuellement deux pistes sont explorées. La première pour développer une nouvelle entrée par type de projet (ex. je révise un PLU, je construis une école), la seconde pour ne visualiser que les questions sur lesquelles il est possible d’agir à son échelle (ex. je suis élu, je suis membre d’une association).

 

En conclusion, au sein de PNR du Golfe du Morbihan, l’équilibre entre valorisation touristique et préservation des richesses naturelles est un enjeu fort. Quels sont les principaux enjeux relatifs au développement touristique de votre territoire ? 

impact du changement climatique sur le littoralL’attractivité touristique est forte à l’échelle du Golfe du Morbihan et s’exacerbe sur les communes littorales avec la prédominance du tourisme balnéaire. Face aux pressions exercées sur les espaces sensibles (capacité d’accueil des milieux, ressources naturelles disponibles…), il est donc important d’éveiller les acteurs du tourisme au sujet du changement climatique pour qu’ils puissent prendre conscience des risques que cela soulève pour leur activité. Et ainsi sensibiliser le public à la fragilité des milieux et des espèces, à la nécessité de respecter la nature pour préserver notre cadre de vie.

 

Les acteurs du tourisme sont cependant encore trop peu sensibilisés aux effets du changement climatique et à la perte de biodiversité. S’ils pratiquent déjà pour certains les économies d’eau et d’énergie, cela est souvent fait sous l’angle des économies financières. Il faut les aider à prendre conscience des liens entre leurs actions au quotidien et les phénomènes plus globaux comme l’élévation du niveau de la mer, les risques d’incendies, les îlots de chaleur, etc.

 

Quels sont les démarches et projets que vous portez actuellement pour engager la transition touristique vers un modèle plus équilibré ?

Face à ces nouveaux enjeux, le Parc éveille les acteurs du tourisme. Il valorise, via la marque « Valeurs Parc », un tourisme plus qualitatif qui respecte les valeurs du développement durable. Il sensibilise les acteurs et structures touristiques aux fragilités du territoire. Il œuvre pour une prise de conscience des impacts du tourisme sur les milieux et les espèces et aide les professionnels du tourisme à mettre en œuvre des pratiques plus durables.

En parallèle, il travaille à un meilleur équilibre des flux touristiques à l’échelle du territoire, davantage tourné vers le rétro-littoral, en travaillant à la valorisation de l’offre touristique existante et naissante.

 
Pour en savoir plus sur l’outil CACTUS, consultez le site internet dédié, téléchargez la brochure de présentation ou visionner le clip :

 

A partager sur les réseaux sociaux :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur google
A lire également
Envie de recevoir l’actualité du tourisme en transition ? C’est simple, il suffit de remplir ce formulaire.
A lire également
Envie de recevoir l’actualité du tourisme en transition ? C’est simple, il suffit de remplir ce formulaire.
Envie de recevoir l’actualité du tourisme en transition ? C’est simple, il suffit de remplir ce formulaire.